Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2007 1 09 /07 /juillet /2007 17:25

J’ai été intrigué par cet écrivain qui faisait souvent allusion sans s'en rendre compte sans doute à notre cuisine et ses termes…

 

Je voulais vous en faire profiter.

 

Après avoir lu ce poème sur les asperges, je les dégusterais dorénavant d’une autre manière… Par exemple, dans la vinaigrette je rajouterais une pincée de sucre, juste pour adoucir ce goût amer.

 

Cette poésie sur le Piano !!! Nous qui passons du temps dessus pour y rissoler, dorer, flamber, mijoter et j’en passe, ne croyez vous pas qu’il dort en nous et qu’il ne se refermera jamais… 

Extraits des deux poèmes  de Caroline :  

 

Le goût des asperges  

Ma grand-mère, assise sur un tabouret pliant en bois, trop bas pour ses longues jambes, ne prenait pas beaucoup de place, dans un coin du marché couvert, le samedi matin. Sur une petite table de camping bleue, elle disposait ses asperges blanches.

C'était mon grand-père qui, dans le cabanon au fond du jardin, se chargeait de former des bottes parfaitement identiques retenues par de gros élastiques de caoutchouc marron, tâche dont il s'acquittait avec une application et un sérieux quasi-religieux.

Le printemps est là, et ses asperges, qui ont toujours pour moi le goût un peu amer des choses qui ne sont plus. 

 

 

Piano

Dans ma poitrine dort un piano. 

Il s’est refermé, un jour, 

Sur les mains de l’enfant qui jouait.  

L’enfant a crié. 

Sur ses cordes métalliques, le piano a conservé 

La sonatine malhabile que l’enfant n’a jamais achevée.  

Parfois, dans ma poitrine, le piano se réveille, 

Soulève la poussière qui cherche à l’étouffer 

Et joue la sonatine sans pouvoir l’achever. 

Toujours, un cri d’enfant, 

Et le piano se tait. 

Je voudrais l’oublier, cet encombrant piano 

Qui pèse sur ma poitrine comme un oiseau mort. 

L’exposer à la pluie pour que la rouille, 

Bataillon de souris, 

Ronge ses cordes métalliques. 

Le déposer sur un brasier

Et le voir lentement se consumer,  

Inoffensif amas de cendres. 

Mais il sent la menace qui le guette  

Et court se réfugier au plus près de mon cœur, 

Dont le timide battement

S’efface peu à peu

Après un long soupir. 

Prix Simone Landry 2005

 

Son site :

http://dionysosetcalliope.over-blog.fr/

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-yves - dans Coups de coeur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Un cuisinier chez vous
  • : Passionné de cuisine, je souhaite vous faire partager mes conseils et recettes. Les chanceux qui habitent dans le Gard peuvent rejoindre mon association "la Table des Epicuriens" pour tous les gourmands et gastronomes...
  • Contact

 

 



Avec personnalité, humour, élégance, folie, passion...

Selon vos préférences.



Formé comme apprenti-boucher sur le tas dès l'âge de 14 ans (métier auquel j'ai renoncé pour me consacrer à la commercialisation de produits régionaux), j'ai appris à aimer la cuisine dès mon plus jeune âge, près des fourneaux où officiait Janine, ma mère, à qui je réclamais constamment de "pastrouiller les farces" quand elle préparait ses cannellonis. Excellente cuisinière, ma mère nous a donné le goût de la cuisine du soleil, cette cuisine Languedocienne qui fleure bon les herbes de garrigue, la tomate et l'huile d'olive. J'ai donc mis la main à la pâte de très bonne heure. J'ai progressé tout seul dans la cuisine raffinée, lisant des livres. Mes chemins d'inspiration sont riches: la cuisine traditionnelle cévenole et languedocienne, les fêtes et cuisine du cochon (à laquelle je participe pour les découpages), toutes les nouvelles cuisines, comme celles de Bras (mon mentor), Nutile (ma référence), Pourcel (le goût), Lignac (son appétence), Pic (sa classe) ou Marx (son coté futuriste).  

Mes moments de libre, je les passe à préparer des dîners raffinés pour les amis qui me le commandent. Mieux même, ma passion pour la cuisine m'a conduit sur les pistes du marathon. Que faire en effet quand on aime "la bonne cuisine" ou "le bon mangé" comme disait mon grand-père et qu'on veut rester svelte et séduisant? Courir! Je suis devenu marathonien pour pouvoir continuer à profiter des plaisirs de la table. Et cela m'aide à cultiver mon épicurisme - se contenter de peu, mais du beau et de l'essentiel.  

Enfin, ce qui me fait le plus plaisir, c'est de partager des moments de joie. Quelle merveilleuse école de bonheur que la table partagée. Tout s'oublie, les soucis, les différences, et l'on apprend à s'apprécier en tant que convives car la cuisine et la dégustation rapprochent... 

C'est dans cet esprit que j'ai créé ce blog, pour partager avec vous quelques-uns de mes secrets culinaires...

Activités

La Table des Epicuriens 
Association Loi 1901
N° W301001239

 

- Cours de Cuisine

- Repas à Thème

- Semaine du Goût

- Visite des Marchés Ruraux

- Slow Food

- Fête du Cochon
(Charcuterie de cochon fermier avec recettes cévenoles) 

- Visite de caves
        _________

Les Gourmandises de Sébastien Bras







link
link
link
link

Jérôme Nutile




Recette du chef "Il était une fois la tomate" en vidéo
link

Un diner presque parfait à Marseille
Le 2 mai 2008

link





link


 

link



Olivier Roellinger

Afficher l'image en taille réelle






http://www.cuisine-corsaire.fr/videos.htm
http://maisons-de-bricourt.com/

Catégories